Le Blog de Magali Plovie, conseillère communale Ecolo à Forest

dimanche 26 octobre 2014

Un homme debout



Actuellement, le centre culturel Ten Weyngaert propose le spectacle de Jean-Marc Mahy (avec le Théâtre de l’Ancre) « Un homme debout ». On m’en avait beaucoup parlé, c’était donc avec un grand intérêt que j’ai assisté à ce témoignage-spectacle.

J’ai été véritablement émue et bouleversée. Je n’ai peut-être pas découvert, par ce spectacle, des nouveautés sur l’univers carcéral, étant donné que cela fait 10 ans que je travaille sur la question des prisons; mais le témoignage de cet homme était empli d’une telle humanité !

Par ailleurs, je pense que ce spectacle est un vecteur extraordinaire pour dénoncer auprès des jeunes et du grand public ce qui se passe en prison et d’en questionner le sens.

Car la question du sens de la politique carcérale est une question qui est centrale dans ce spectacle. Cette question est aussi posée depuis des décennies dans les secteurs de l’aide aux justiciables, des criminologues, des directeurs de prisons, … et reçoit pourtant tellement peu de réponse de la part du gouvernement fédéral !
Revoir le sens de la criminalisation de certains actes, revoir le sens de la façon dont on traite les délinquants dont ceux qui ont des problèmes psychiatriques (qui se trouvent bien souvent en prison plutôt que d’être dans un établissement spécifique), ou les relations entre les parents incarcérés et leurs enfants, n’est-ce pas en réalité questionner plus globalement le sens de notre société?
Dans un monde qui est ancré dans une réalité où les inégalités sont fortes et s’accroissent de plus en plus, où l’avoir a pris le pas sur l’être, le tout à la surconsommation, l’exclusion marque notre société de manière fondamentale. Je suis convaincue que la première étape dans la recherche du sens de notre système carcérale se trouve dans la résorption de ces exclusions et dans le développement d’autres valeurs basées sur l’éducation, le respect, la justice et la citoyenneté.
Ne nous étonnons pas si ces valeurs se trouvent si peu dans nos prisons puisque nous devons nous battre quotidiennement pour les voir se développer dans notre société. 
Dans ce contexte sociétal et face à l’absence de réformes pénale et carcérale par le fédéral, il y a malgré tout des gens qui tentent au jour le jour d’apporter un peu de sens au sein des prisons ; c’est le travail des services d’aide aux justiciables, des services de santé, de formation, … 
J’ai eu l’occasion de travailler avec ces différents services dans le cadre de mon travail au sein du cabinet de la Ministre Evelyne Huytebroeck et par la suite en tant que parlementaire.
La persévérance et la détermination de tous ces travailleurs pour donner aux détenus quelques chances de réinsertion et de meilleures conditions de détention ont été pour moi un véritable moteur face à un pouvoir fédéral, qui sur la question, était en régression. Nous avons réussi à imposer l’action de ces acteurs au sein des prisons et à la développer. Nous avons aussi négocié des accords de coopération sur la base desquelles il sera possible dorénavant d’imposer un dialogue et une reconnaissance du travail de ces acteurs pour que la détention ne se limite pas qu’à une question sécuritaire. Cela ne représente pas les changements que nous attendons mais c’est certainement une base pour poursuivre la pression et assurer le maintien et le développement de ces aides, seuls éléments qui peuvent encore faire sens dans un contexte bien hostile à cette préoccupation.
Pourtant bien d’autres pays se sont lancés dans ces réformes avec des résultats très positifs; Dans notre pays, derrière parfois des motifs de systèmes institutionnels complexes, il y a surtout bien peu de volonté politique pour entamer ces réformes profondes. Ce ne sera très certainement pas un projet du nouveau gouvernement fédéral pour les 5 prochaines années …

vendredi 3 octobre 2014

De retour


Me voilà de retour après de bonnes vacances et une rentrée sur les chapeaux de roue.
Beaucoup de nouveaux engagements depuis septembre : dans ma locale, au Conseil de fédération mais aussi dans le Comité de pilotage pour le processus de re-génération. Je compte bien poursuivre les dossiers que je suivais ces derniers mois comme le TTIP (j'y reviendrai dans quelques jours) mais aussi de nouveaux dossiers notamment sur la question de la démocratie.

Bref, en forme et motivée pour continuer à développer le projet de l'écologie politique!

Quelles écoles pour la commune de Forest?



En cette nouvelle rentrée des classes, nous voulions revenir sur le travail que les écologistes effectuent au sein de la commune de Forest en ce qui concerne les écoles.

Nous devons d’abord nous réjouir des travaux qui sont en cours ou en voie d’être lancés par le collège communal et que nous suivons de près, notamment suite aux visites des écoles que nous avions effectuées l’année passée. C’est une évolution positive que nous voulons poursuivre car nous tenons à ce que les enfants puissent suivre leurs scolarités dans les meilleures conditions possibles.

Par ailleurs, nous voulons aussi suivre l’évolution des inscriptions dans les écoles de notre commune et examiner si le système actuellement en place répond aux besoins de la population de la manière la plus efficace. Nous voulons mettre en place un système d'inscription clair, permettant à toutes les familles de trouver sereinement une place.

Lors de la prochaine commission de l’enseignement qui sera organisée dans les prochaines semaines par l’échevine de l’enseignement, nous demanderons un état des lieux de la situation en termes d’inscription et de bâtiments.

Par ailleurs, une étude est en cours pour examiner la possibilité de créer une nouvelle école à Forest. Les échevins forestois ont travaillé de concert avec le Ministre Nollet pour permettre le développement de nouvelles places sur le territoire de la commune de Forest. C’est une priorité de notre parti de créer des places en primaire ainsi qu’en maternelle car la fréquentation par les enfants de l’école dès la maternelle est important tant pour l’apprentissage du français que pour le développement de liens sociaux, facteurs de réussite pour les années suivantes.

Au-delà des nécessités impératives d’amélioration des bâtiments et de création de nouvelles places, il faut aussi poursuivre des réflexions concernant l’accueil des primo-arrivants, du soutien aux enfants les plus défavorisés, de l’accompagnement des enfants en difficulté, … Des questions qui concernent l’ensemble des écoles francophones et qui nécessitent avant tout des mesures fortes de la Ministre en charge de l’enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles mais pour lesquelles nous pouvons aussi à notre mesure y participer. Nous reviendrons dans un prochain Forest vert avec les suites des commissions où nous aurons porté ces questions et ces réflexions.

Magali Plovie
Alitia Angeli